INTERVIEWSSIYFH

RALPHIE DEE – INTERVIEW

Te souviens-tu de la première fois où tu as touché des platines vinyles ?

Oui, j’étais très jeune, j’avais à peu près 13 ans quand j’ai vu 2 platines installées et que j’ai acheté une platine de plus (j’en avais déjà une) et un petit mélangeur automatique pour micros.

Tu as la particularité d’avoir traversé plusieurs époques avec une faculté d’adaptation impressionnante. Si tu devais en choisir une, quelle seraitelle et pourquoi choisiraistu celleci ?

L’ère du disco a été très excitante puisque je travaillais dans un club célèbre*, c’était fou tous ces gens venus des médias, les touristes et les gens de l’industrie du disque qui m’amenaient de nouveaux vinyls pour que je les joue. J’étais aussi très jeune (15 ans); le club était bondé 4 nuits par semaine. Il faut aussi mentionner les années de 1990 à 1996 environ: c’était mon second métier comme j’avais commencé à produire de la musique, j’avais quelques tubes et je jouais comme DJ partout dans le monde, j’ai joué dans des fêtes immenses et de grands clubs durant cette période.

*Le club célèbre en question s’appelle “2001 Odyssey ” et c’est dans celui-ci qu’a été tourné le film “Saturday night fever” avec John Travolta.

Peuxtu nous parler de ton épopée Disco ?

Ce que l’on appelle «disco» est arrivé alors que j’étais très jeune, je n’avais pas de mentor ni personne pour me montrer comment capitaliser pour atteindre le niveau supérieur comme j’aurais pu aisément le faire en faisant des remix pour de gros labels disco, mais j’étais trop occupé à m’amuser à cette époque. Je n’aurais eu qu’à demander mais je préférais m’amuser, quand je ne jouais pas je sortais dans différents clubs avec mes amis à rencontrer des femmes, je faisais la fête 7 nuits par semaine.

A quel moment astu découvert la musique électronique ?

Ça a dû être pendant l’époque disco avec des artistes et producteurs tels que Giorgio Moroder, Donna Summer, Kraftwerk et quelques autres. Cette expérience m’a aidé à comprendre la musique électronique que j’ai dû créer dans les années 90,tout comme mes influences me donnèrent les idées que j’utiliserai plus tard dans ma musique. Je me suis toujours inspiré de toutes sortes de musiques que j’ai écouté tout au long de ma vie.

Il t’est arrivé de collaborer avec Lenny Dee et il arrive que soit soulevée la question d’un lien de parenté avec lui…

Estce le cas?

C’est une pure coïncidence puisque nous avons été présentés en 1983, Lenny avait l’habitude de venir dans l’un des gros clubs où je jouais à Brooklyn, le Club B. Plus tard en 1985 ou 86 nous sommes allés au studio enregistrer ces premiers disques pour Fourth Floor et Nu Groove, puis on a fait ces tubes avec English Muffin et d’autres premiers morceaux de techno hardcore.

En termes de production musicale, quels sont tes outils/instruments favoris ?

Années 90′ dans son homestudio

Mon premier ordinateur était un Atari qui utilisait le Cubase 2.1. Maintenant tout n’est que software alors la façon dont je procède pour travailler a quelque peu évoluée. Si vous me demandez mon avis, lorsque je créais des morceaux pour des vinyles je préférais l’ancienne méthode qui fait à coup sûr véritablement la différence au niveau du son comparé au wave ou au mp3.

Tu as l’air d’avoir une affection particulière pour la France où l’on a déjà pu te voir plusieurs fois programmé avec des artistes de légende comme Joey Beltram et Jeff Mills entre autres… 

Comment s’est produite votre collaboration ? Etiezvous dans la même agence ?

Laurent Garnier, Carl Cox & Ralphie Dee

C’est à peu près cela. J’ai rencontré Jeff Mills quand il était avec Underground Resistance. Nous étions programmés pour jouer dans une soirée à Rome. J’étais déjà en Italie et j’avais un manager italien. Venu le repas de midi on s’est rendu compte que personne n’était allé chercher Jeff Mills et Mike Banks (ndlr: Mad Mike) à l’aéroport. L’organisateur étant retenu à Milan, j’ai donc accompagné mon manager pour aller les récupérer à l’aéroport puisqu’ils n’étaient jamais venus en Italie auparavant. Ils ont été si heureux de me voir arriver et parler anglais que l’expérience qui avait mal commencée se transforma en quelque chose de positif. Nous sommes devenus amis et nous avions le même manager pour la France, Jeff et moi (Michele Pilot), ils travaillaient avec Outsoon. J’étais déjà venu en France auparavant,avant de jouer avec Laurent Garnier au Rex à Paris. Nous jouions tous nos disques mutuellement.

Jeff Mills, Joey Beltram, Ralphie Dee
Ralphie Dee & Sven Vath
David Morales & Ralphie Dee

Quels sont les projets sur lesquels tu travailles actuellement ?

J’ai deux labels et bientôt un troisième, en Avril. Sur le principal, Deetrax, il y a eu 12 sorties depuis 2019. Le label le plus récent s’appelle Optik et le suivant n’a pas encore de nom pour l’instant. Tous mes projets ont été remis à plus tard, comme cela a été le cas pour tout le monde, à cause du Covid. Mais en ce qui concerne le moment présent je travaille sur quelques tracks que je sortirai par la suite. J’ai débuté les deuxième et troisième labels de façon à classer par catégorie les styles que je crée et que je joue. DeeTrax sera donc uniquement de la house, Optik strictement techno et la première sortie s’est faite pour le 30ème anniversaire de The Realm par Chantal,qui a été un énorme tube dans en 1990. Le duo techno britannique KUSP est en train d’en faire le remix au moment où j’écris ceci. Le dernier label sera disco, nu disco funk et la musique n’aura rien à voir avec celle des deux premiers labels. Je me suis dit que je devais être plus clair pour les gens, étant parmi les rares Djs àjouer différents genres de musique; j’ai voulu séparer mes derniers tracks ainsi que les artistes que je signe pour que chaque label ait une identité bien définie.

Traduction anglais/français : Olivia

LA PLAYLIST DISCO/TECHNO 

DE RALPHIE DEE

 

5 titres Disco

 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

5 titres Techno

 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

RALPHIE DEE EN 5 TITRES

 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Ses liens

Do you remember the first time when you used turntables?

Yes, I was very young, about 13, when I saw a 2 turntable set up and bought 1 more turntable (I already had one) and a little microphone mixer.

You’ve crossed several musical periods of time and proved an incredible adaptability, adjusting each time.Wich do you consider to be the most exciting time ? Why ?

The disco era was very exciting since I was working at a famous club*, it was crazy with all news media, tourists and record people bringing me new records to play. I was also very young 15 the club was packed 4 nights a week.

Also need to mention 1990 to 1996 or so, it was my second career as I had begun making music, had a few hits and Dj’d all over the world, played some huge parties and great clubs in that timeframe

*The famous club is “2001 Odyssey ”  in which was shot the movie “Saturday night fever”  with John Travolta.

Can you tell us more about your disco epic ?

The disco thing happened when I was very young, I did not have a mentor or someone to show me how to capitalize to the next level as I could have easily got to do remixes for big disco labels but was too busy having fun at the time. All I needed to do was ask but I was too busy having fun, when I wasn’t playing I was going out to different clubs with my friends meeting women 7 nights a week partying.

What is a incisive moment when you came across electronic music ?

Had to be in the disco era with artists, producers like Giorgio Moroder, Donna Summer, Kraftwerk and some others. This knowledge helped me get a feel for the electronic music that I got to create in the 90’s as my influences gave me the ideas I would later use in my music. I used to get inspiration from all kinds of music I listened to thru out my life.

You sometimes worked in collaboration with Lenny dee. Was that pure coincidence you met Lenny dee and worked together or is he next of kin as some people assume ?

Pure coincidence as we got introduced way back in 1983, Lenny used to come to one of the big clubs I played in Brooklyn called Club B. In 1985 1986, we later went into the studio and did those early records for Fourth Floor and Nu Groove, then we had hits with English Muffin and some other early hardcore techno tracks.

As a producer, do you have a particular method while you are working in the studio ? What are you favorite instruments, tools or machines ?

90’s homestudio

I come from the analog era, so back in the 90’s we used keyboards, samplers and drum machines in studios, then we all got the newest equipment and had our studios in our homes or workplaces, later on the software got better and eventually phased out all the hardware as my first computer was an Atari using Cubase 2.1 now everything is software so my work flow process has changed quite a bit. If you ask me, I liked the old workflow better creating tracks for vinyl which is such a sound difference than wavs or mp3’s.

You seem to old a special affection for France, where you performed several times with legendary artists such as Joey Beltram and Jeff Mills – to name but two. Howdid you happen to worl with them ? Where you booked by the same agency ?

Laurent Garnier, Carl Cox & Ralphie Dee

Something like that, I met Jeff Mills when he was with Underground Resistance. We were booked to play a party in Rome. I was already in Italy and had an Italian manager. At lunch we find out that nobody picked up Jeff Mills and Mike Banks from the airport. The promoter was delayed in Milan so I took a ride with my manager to pick them up at the airport as they were never in Italy before. They were so happy to see me as I spoke English and it turned a bad time into a positive one. We became friends and Jeff’s manager in France was the same manager I had – Michele Pilot, they were involved with Outsoon, and I had already been to France before playing with Laurent Garnier at The Rex in Paris. We all played each other’s records.

Jeff Mills, Joey Beltram, Ralphie Dee
Ralphie Dee & Sven Vath
David Morales & Ralphie Dee

What are the forthcoming projects you’re working on at the moment ? For you as an artist and for you label ?

I have 2 labels with a third coming in April, the main label is Deetrax where I have 12 releases dating back to 2019. The newest label is called Optik and the next one is untitled as of yet. All of my plans were pushed back just like everybody else’s due to Covid. But as of right now I’m working on a few tracks that I will eventually put out. I started the second and third label so I can categorize the styles I create and play so DeeTrax will be all house, Optik is strictly for techno where the first release is the 30th year anniversary of The Realm by Chantal, which was a huge smash hit back in 1990. The techno duo from the UK KUSP is doing the mix as I write this. The last label will be disco, nu disco funk as it will be nothing like the music on the first two labels. I figure why confuse people as I’m one of those rare Dj’s that play a few different kinds of music so I wanted to split my new tracks and the artists I sign so each label has an identity.

 

 

DISCO/TECHNO PLAYLIST

by RALPHIE DEE

Disco

 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Techno

 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Ralphie Dee in 5 tracks

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

LINKS