DIRECTS TOONZSHOP SAMEDI 15 MAI 15 ANY BPM #2 MINUIT SIYFH H MISS MOON [DJ] MADEMOISELLE VITALE [DJ] DA VID [DJ] SADJOY SAN [DJ] MODULE M [DJ] THONY [DJ] ALADIN [DJ] - 8 FACEBOOK LIVE RALPHIE DEE [DJ] SUR TRIBAL/HOUSE/DEEPTECHNO/ACIDTECHNO/PUMPINGTECHNO LA PAGE & SIYFH LIVE PERFORMANCES 2021 signal_cellular_4_bar

ANY BPM pour une sélection d'artistes éclectique.
8 performances dès 15H pour le 15 mai.
En vrai direct car la prise de risque artistique nous paraît essentielle !
Cliquez le nom des artistes sur le visuel pour les découvrir...
...et sur le logo ci-dessous pour accéder à la page des directs
Enjoy !

rond-bleu-ciel
Event Facebook

En cette excellentissime période, notre activité d’agence de booking d’artistes nous prenant 98% de notre temps de par les nombreux bookings à gérer dans des événements toujours plus merveilleux, nous avons quand même trouvé le temps de déployer une nouvelle rubrique sur www.siyfh.com [SELECTED].

Avec celle-ci  nous vous proposons des playlists composées exclusivement de contenus musicaux de nos artistes.

Du mix, du live, des compositions signées ou inédites, le tout classé par genres afin de vous faciliter la tâche et vous permettre de trouver ce que vous aimeriez entendre.

Sous chaque playlist se trouve les photos des artistes et vous pourrez approfondir votre écoute en cliquant sur le bouton ” + de musique ! “.

Chaque cercle de couleur représente un univers musical et pour cette première nous vous invitons à découvrir une SIYFH’s SELECTED – DOWNTEMPO

Partagez les playlists, nos artistes, et prenez plaisir ! [ENJOY ! ]

On vous laisse car le téléphone sonne, sonne, sonne !

 
Petite astuce que certains découvriront peut être…
Nous n’avons pas d’application smartphone mais… Il est tout à fait possible avec un Iphone d’avoir un raccourci vers ce que vous voulez…
Voici comment faire avec pour exemple : www.siyfh.com/selected
Ca prend 10 secondes max  !
 
  • 1 : Cliquez sur l’icone en bas
  • 2 : Sélectionnez “Sur l’écran d’accueil”
  • 3 : Renommez si vous le souhaitez
  • 4 : C’est ok, vous avez un accès direct vers nos playlists 🙂
Pour rappel, la musique continue même si l’écran est vérrouillé…

Ci-dessous notre prochain événement.
On peut compter sur vous ?
Si oui, cliquez/participez 🙂

DIRECTS ANY BPM #1 TOONZSHOP SAMEDI 8 MAI 16 MINUIT DEXIMA [LIVE] SIYFH H RELOAD MODULAR [LIVE] JC NØMAD [DJ] NIKITA [DJ] DISTURBED TRAXX [LIVE] FRED SONORE [DJ] FRITZ DK [DJ] ALADIN [DJ] - 8 FACEBOOK LIVE SUR TRIBAL/HOUSE/DEEPTECHNO/ACIDTECHNO/PUMPINGTECHNO LES PAGES & SIYFH LIVE PERFORMANCES 2021 signal_cellular_4_bar

ANY BPM pour une sélection d'artistes éclectique.
8 performances pour le 8 mai.
En vrai direct car la prise de risque artistique nous paraît essentielle !
Cliquez le nom des artistes sur le visuel pour les découvrir...
...et sur les logos ci-dessous pour accéder aux pages des directs
Enjoy !

ANY BPM
Event Facebook

Te souviens-tu de la première fois où tu as touché des platines vinyles ?

Oui, j’étais très jeune, j’avais à peu près 13 ans quand j’ai vu 2 platines installées et que j’ai acheté une platine de plus (j’en avais déjà une) et un petit mélangeur automatique pour micros.

Tu as la particularité d’avoir traversé plusieurs époques avec une faculté d’adaptation impressionnante. Si tu devais en choisir une, quelle seraitelle et pourquoi choisiraistu celleci ?

L’ère du disco a été très excitante puisque je travaillais dans un club célèbre*, c’était fou tous ces gens venus des médias, les touristes et les gens de l’industrie du disque qui m’amenaient de nouveaux vinyls pour que je les joue. J’étais aussi très jeune (15 ans); le club était bondé 4 nuits par semaine. Il faut aussi mentionner les années de 1990 à 1996 environ: c’était mon second métier comme j’avais commencé à produire de la musique, j’avais quelques tubes et je jouais comme DJ partout dans le monde, j’ai joué dans des fêtes immenses et de grands clubs durant cette période.

*Le club célèbre en question s’appelle “2001 Odyssey ” et c’est dans celui-ci qu’a été tourné le film “Saturday night fever” avec John Travolta.

Peuxtu nous parler de ton épopée Disco ?

Ce que l’on appelle «disco» est arrivé alors que j’étais très jeune, je n’avais pas de mentor ni personne pour me montrer comment capitaliser pour atteindre le niveau supérieur comme j’aurais pu aisément le faire en faisant des remix pour de gros labels disco, mais j’étais trop occupé à m’amuser à cette époque. Je n’aurais eu qu’à demander mais je préférais m’amuser, quand je ne jouais pas je sortais dans différents clubs avec mes amis à rencontrer des femmes, je faisais la fête 7 nuits par semaine.

A quel moment astu découvert la musique électronique ?

Ça a dû être pendant l’époque disco avec des artistes et producteurs tels que Giorgio Moroder, Donna Summer, Kraftwerk et quelques autres. Cette expérience m’a aidé à comprendre la musique électronique que j’ai dû créer dans les années 90,tout comme mes influences me donnèrent les idées que j’utiliserai plus tard dans ma musique. Je me suis toujours inspiré de toutes sortes de musiques que j’ai écouté tout au long de ma vie.

Il t’est arrivé de collaborer avec Lenny Dee et il arrive que soit soulevée la question d’un lien de parenté avec lui…

Estce le cas?

C’est une pure coïncidence puisque nous avons été présentés en 1983, Lenny avait l’habitude de venir dans l’un des gros clubs où je jouais à Brooklyn, le Club B. Plus tard en 1985 ou 86 nous sommes allés au studio enregistrer ces premiers disques pour Fourth Floor et Nu Groove, puis on a fait ces tubes avec English Muffin et d’autres premiers morceaux de techno hardcore.

En termes de production musicale, quels sont tes outils/instruments favoris ?

Années 90′ dans son homestudio

Mon premier ordinateur était un Atari qui utilisait le Cubase 2.1. Maintenant tout n’est que software alors la façon dont je procède pour travailler a quelque peu évoluée. Si vous me demandez mon avis, lorsque je créais des morceaux pour des vinyles je préférais l’ancienne méthode qui fait à coup sûr véritablement la différence au niveau du son comparé au wave ou au mp3.

Tu as l’air d’avoir une affection particulière pour la France où l’on a déjà pu te voir plusieurs fois programmé avec des artistes de légende comme Joey Beltram et Jeff Mills entre autres… 

Comment s’est produite votre collaboration ? Etiezvous dans la même agence ?

Laurent Garnier, Carl Cox & Ralphie Dee

C’est à peu près cela. J’ai rencontré Jeff Mills quand il était avec Underground Resistance. Nous étions programmés pour jouer dans une soirée à Rome. J’étais déjà en Italie et j’avais un manager italien. Venu le repas de midi on s’est rendu compte que personne n’était allé chercher Jeff Mills et Mike Banks (ndlr: Mad Mike) à l’aéroport. L’organisateur étant retenu à Milan, j’ai donc accompagné mon manager pour aller les récupérer à l’aéroport puisqu’ils n’étaient jamais venus en Italie auparavant. Ils ont été si heureux de me voir arriver et parler anglais que l’expérience qui avait mal commencée se transforma en quelque chose de positif. Nous sommes devenus amis et nous avions le même manager pour la France, Jeff et moi (Michele Pilot), ils travaillaient avec Outsoon. J’étais déjà venu en France auparavant,avant de jouer avec Laurent Garnier au Rex à Paris. Nous jouions tous nos disques mutuellement.

Jeff Mills, Joey Beltram, Ralphie Dee
Ralphie Dee & Sven Vath
David Morales & Ralphie Dee

Quels sont les projets sur lesquels tu travailles actuellement ?

J’ai deux labels et bientôt un troisième, en Avril. Sur le principal, Deetrax, il y a eu 12 sorties depuis 2019. Le label le plus récent s’appelle Optik et le suivant n’a pas encore de nom pour l’instant. Tous mes projets ont été remis à plus tard, comme cela a été le cas pour tout le monde, à cause du Covid. Mais en ce qui concerne le moment présent je travaille sur quelques tracks que je sortirai par la suite. J’ai débuté les deuxième et troisième labels de façon à classer par catégorie les styles que je crée et que je joue. DeeTrax sera donc uniquement de la house, Optik strictement techno et la première sortie s’est faite pour le 30ème anniversaire de The Realm par Chantal,qui a été un énorme tube dans en 1990. Le duo techno britannique KUSP est en train d’en faire le remix au moment où j’écris ceci. Le dernier label sera disco, nu disco funk et la musique n’aura rien à voir avec celle des deux premiers labels. Je me suis dit que je devais être plus clair pour les gens, étant parmi les rares Djs àjouer différents genres de musique; j’ai voulu séparer mes derniers tracks ainsi que les artistes que je signe pour que chaque label ait une identité bien définie.

Traduction anglais/français : Olivia

LA PLAYLIST DISCO/TECHNO 

DE RALPHIE DEE

 

5 titres Disco

 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

5 titres Techno

 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

RALPHIE DEE EN 5 TITRES

 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Ses liens

Do you remember the first time when you used turntables?

Yes, I was very young, about 13, when I saw a 2 turntable set up and bought 1 more turntable (I already had one) and a little microphone mixer.

You’ve crossed several musical periods of time and proved an incredible adaptability, adjusting each time.Wich do you consider to be the most exciting time ? Why ?

The disco era was very exciting since I was working at a famous club*, it was crazy with all news media, tourists and record people bringing me new records to play. I was also very young 15 the club was packed 4 nights a week.

Also need to mention 1990 to 1996 or so, it was my second career as I had begun making music, had a few hits and Dj’d all over the world, played some huge parties and great clubs in that timeframe

*The famous club is “2001 Odyssey ”  in which was shot the movie “Saturday night fever”  with John Travolta.

Can you tell us more about your disco epic ?

The disco thing happened when I was very young, I did not have a mentor or someone to show me how to capitalize to the next level as I could have easily got to do remixes for big disco labels but was too busy having fun at the time. All I needed to do was ask but I was too busy having fun, when I wasn’t playing I was going out to different clubs with my friends meeting women 7 nights a week partying.

What is a incisive moment when you came across electronic music ?

Had to be in the disco era with artists, producers like Giorgio Moroder, Donna Summer, Kraftwerk and some others. This knowledge helped me get a feel for the electronic music that I got to create in the 90’s as my influences gave me the ideas I would later use in my music. I used to get inspiration from all kinds of music I listened to thru out my life.

You sometimes worked in collaboration with Lenny dee. Was that pure coincidence you met Lenny dee and worked together or is he next of kin as some people assume ?

Pure coincidence as we got introduced way back in 1983, Lenny used to come to one of the big clubs I played in Brooklyn called Club B. In 1985 1986, we later went into the studio and did those early records for Fourth Floor and Nu Groove, then we had hits with English Muffin and some other early hardcore techno tracks.

As a producer, do you have a particular method while you are working in the studio ? What are you favorite instruments, tools or machines ?

90’s homestudio

I come from the analog era, so back in the 90’s we used keyboards, samplers and drum machines in studios, then we all got the newest equipment and had our studios in our homes or workplaces, later on the software got better and eventually phased out all the hardware as my first computer was an Atari using Cubase 2.1 now everything is software so my work flow process has changed quite a bit. If you ask me, I liked the old workflow better creating tracks for vinyl which is such a sound difference than wavs or mp3’s.

You seem to old a special affection for France, where you performed several times with legendary artists such as Joey Beltram and Jeff Mills – to name but two. Howdid you happen to worl with them ? Where you booked by the same agency ?

Laurent Garnier, Carl Cox & Ralphie Dee

Something like that, I met Jeff Mills when he was with Underground Resistance. We were booked to play a party in Rome. I was already in Italy and had an Italian manager. At lunch we find out that nobody picked up Jeff Mills and Mike Banks from the airport. The promoter was delayed in Milan so I took a ride with my manager to pick them up at the airport as they were never in Italy before. They were so happy to see me as I spoke English and it turned a bad time into a positive one. We became friends and Jeff’s manager in France was the same manager I had – Michele Pilot, they were involved with Outsoon, and I had already been to France before playing with Laurent Garnier at The Rex in Paris. We all played each other’s records.

Jeff Mills, Joey Beltram, Ralphie Dee
Ralphie Dee & Sven Vath
David Morales & Ralphie Dee

What are the forthcoming projects you’re working on at the moment ? For you as an artist and for you label ?

I have 2 labels with a third coming in April, the main label is Deetrax where I have 12 releases dating back to 2019. The newest label is called Optik and the next one is untitled as of yet. All of my plans were pushed back just like everybody else’s due to Covid. But as of right now I’m working on a few tracks that I will eventually put out. I started the second and third label so I can categorize the styles I create and play so DeeTrax will be all house, Optik is strictly for techno where the first release is the 30th year anniversary of The Realm by Chantal, which was a huge smash hit back in 1990. The techno duo from the UK KUSP is doing the mix as I write this. The last label will be disco, nu disco funk as it will be nothing like the music on the first two labels. I figure why confuse people as I’m one of those rare Dj’s that play a few different kinds of music so I wanted to split my new tracks and the artists I sign so each label has an identity.

 

 

DISCO/TECHNO PLAYLIST

by RALPHIE DEE

Disco

 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Techno

 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Ralphie Dee in 5 tracks

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

LINKS

 

Pour cette 3ème sortie, P-Ben délivre 4 tracks taillés pour le dancefloor.

Très efficaces, ce sont des titres qui trouveront parfaitement leur place dans un dj set techno.

Il est reconnu dans le monde de la musique électronique par ses différentes signatures sur des labels légendaires comme Ovum / Kms / Motech / Agile / Elevate/ Break New Soil / A-Traction / Off / Planet Rhythm entre beaucoup d’autres (+de 100).

Il est aussi très à l’aise en dj set et fait preuve d’une dextérité remarquable sur 3 platines .

Tous les liens ci-dessous pour en juger par vous même !

 

FUCKIN' BIRTHDAY ! STAY IN YOUR FUCKIN' HOUSE ! ( 1 AN )

- Rejoignez-nous dans le groupe privé ! / Join Us ! : https://www.facebook.com/groups/530590447596869 - Decouvrez nos artistes : www.siyfh.com - Musique de la vidéo : Lightning Seeds (Pascal Kleiman & Danny Ocean) " Let it Happen " SIYFH002 ---> https://siyfh.com/2020/09/27/siyfh002-2

Publiée par SIYFH LIVE sur Dimanche 21 mars 2021

Nous pensions que ça ne durerait que quelques mois…

Du confinement de mars 2020, le groupe privé Stay in your fuckin’ house ! a vu le jour dans le but de concentrer dans un même espace virtuel des live-streams d’artistes confirmés ou en devenir.

Du 22 au 28 mars 2021 ce sont plus de 15 directs qui seront programmés pour célébrer cette année de partages.

 

Le groupe privé approche les 8500 membres. Les choses se sont assez vite enchainées et l’aventure grandissante, un collectif est né (SIYFH), regroupant des DJ et compositeurs qui n’ont cessé de se produire de chez eux, tout au long de l’année et de façon bénévole.

(Un espèce de festival virtuel permanent)

Des fous rires et de grands moments de partages (pas si virtuels).

Des affinités ou même des amitiés se sont crées dans les “chats” avec une bonne humeur quasi quotidienne; des talents se sont révélés et les directs du groupe sont devenus des rdv divertissants presque “essentiels “…

La culture en a pris un gros coup,  c’est indéniable et nous avons essayé de nous adapter au mieux avec ce que nous avions le droit de faire.

Cet espace nous a un temps soit peu calmés et a surtout permis aux artistes de ne pas tomber dans l’oubli ou pour certains, d’être découverts par un large public, de croiser les réseaux…

Des performeurs de toute la France mais aussi de Berlin, Détroit, Chicago, New York, d’Italie, d’Espagne…

Liste des artistes nationaux et internationaux qui se sont produits en direct :

Jaylen Bay / Cyril Saiter / Co-Inside / Custom Phase / Süne / Module M / Thony / Louise /Sink / Rykkk’s / Deestyz / Nikita / M & Mme Benoit Sims / Dvmbo / Tioneb / Ralphie Dee / Infra Red / Francesco Farfa / Missily / Muller & Moon / Hervé F /  Djuliano / Reload Modular / Jc Nømad / Axiom / Pascal Kleiman / Bruno Sanchioni / Hartbrand / Modgeist / Ben Batch / Seifer Vltn / Antraxx /  Kassy /  Disturbed Traxx / Bamdara /  Freeda / Sadjoy San / Fred Sonore / Brian Tuü / Cedri’X / Leemansky / Serrato Ruiz /  Aurelia Stein & Alexandrovitch / Trader / Yuki / Garry /  Knowledge / Fritz Dk / Lhyn / Paul Johnson / Chillohm / Jack de Marseille /  P-Ben / Dexima / Loloman / Dj Cent / The Am / T-Linder / Dj Seoul /  Hazmat /  Lawron / Jeremiah Shaw /  Da Vid / Steve Crawford /  Anakin / Aladin / Miss Moon / Fred Ox / Florian Muller / Mademoiselle Vitale / Skeøw / Aldwin / Johann Naegely / Wachalo / Karden / Mameel / Ahmök / Dombrance / Kami

Nous attendons impatiemment le retour des événements “normaux” mais qu’on se le dise… Stay in your fuckin’ house ! continuera ...

MERCI de votre fidélité !

D’où te viens l’envie de faire une musique si “dure”?

Je suis fortement inspiré par le genre Indus. Quand j’étais enfant, j’ai grandi dans Berlin Est à l’époque de la chute du mur. Les gamins comme moi avaient l’habitude de jouer dans les bâtiments industriels abandonnés quand il y eut la phase de décroissance économique en Allemagne de l’Est dans les années 90.

Ces émotions ont construit en partie la personne que je suis. Un autre élan créatif à l’origine de ce projet fut déclenché par l’adhésion de mon père à un parti politique de droite, un peu comme le FN en France. Cela créa une crise familiale majeure et je suis à la recherche de réponses pour comprendre la division et la haine qui se propagent si massivement dans l’époque que nous vivons. Gérer cela demande de bâtir autour de soi un mur de son colossal.

La musique pour moi a toujours été l’expression d’émotions, le moyen de communiquer avec les autres, d’exprimer ce qu’il est difficile à gérer, de quoi qu’il s’agisse. Ainsi, de manière artistique, j’ai essayé de communiquer sur le conflit générationnel, et la dichotomie de populations citadines / rurales à travers les sons et les images sur Brunst EP, ma dernière sortie.

Peux-tu nous en dire davantage sur ton approche musicale d’un point de vue technique ?

Tout mon matériel est analogique. A douze ans je construisais déjà une petite table de mixage, alors souder des composants électroniques d’instruments de musique me semble presque naturel. C’est pourquoi au fil des ans j’ai dépensé tout mon argent dans des
synthés analogiques, des compresseurs, des équaliseurs. J’ai même vécu deux ans dans mon studio pour pouvoir me le permettre.

Mais comprenez-moi bien, j’utilise bien sûr l’ordinateur et de nombreux plugins et c’est génial. Il y a cependant une différence : le hardware me correspond tout à fait, les machines me parlent. Depuis 2017, l’année où j’ai obtenu mon master en sciences d’ingénierie musicale, cette obsession m’a conduit à beaucoup travailler pour d’autres artistes en tant qu’ingénieur du son pour le mixage et le mastering.

Comment ça se passe à Berlin depuis le Covid ?

Comme dans la plupart des villes toute vie culturelle s’est arrêtée en quelque sorte alors que tous les centres commerciaux sont restés ouverts, ce qui donne une impression très étrange. Je suis plutôt effaré qu’il n’y ait pas plus de débat public sur le fait que la culture est inestimable. Les temps sont vraiment durs pour tous les artistes bien que comparé à beaucoup d’autres pays je dois dire que ces questions sont plutôt bien gérées par ici.

Et en ce qui concerne tes actualités artistiques ?

Avec mon partenaire Metapattern nous avons fondé le « lost sonar collective », un groupe de performers live modulaire qui se produisent dans des endroits désaffectés à couper le souffle et c’est sur youtube. Nous avons pensé que cette période de crise demandait en retour un signe d’espoir. C’est réellement extraordinaire combien il existe d’artistes live talentueux ici. Nous avons commencé à publier les vidéos le 08 janvier 2021. C’est plutôt excitant !

 

As-tu d’autres passions que la musique ?

Vous pouvez me traiter de maniaque, mais non, pas vraiment ! Hahaha.

Ecoutes-tu autre chose que de la musique électronique ?

Mes plus grandes inspirations viennent de producteurs tels que Lapalux et Rival Consoles. A côté de cela, qui est d’ailleurs plutôt électronique, j’écoute beaucoup de musique pop avant-gardiste. Mais mon centre d’intérêt majeur réside dans la musique électronique.

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Quelle est ta vision du monde pour les dix années à venir ?

Je suppose que la crise du Covid n’est que la petite partie immergée de l’iceberg. Imaginez ce qu’il se produira dans les pays européens lorsque nombre de personnes de classe moyenne qui en ce moment travaillent à un poste tranquille sur un ordinateur dans les compagnies d’assurances seront remplacées par des algorithmes.

Au même moment le changement climatique nous frappe de plein fouet. Je suis à peu près certain qu’il y aura alors de nombreuses raisons d’exprimer à travers l’art ce qu’il arrivera alors. En tant qu’artiste il me semble réellement qu’il est de ma responsabilité de parler de cela et d’essayer d’interagir avec la société sur ces sujets.

D’où te vient cette passion pour la musique électronique?

J’ai depuis petit beaucoup aimé tous les tubes où il y avait du synthé, ça m’a vite amené à de la musique où il n’y avait que des synthés. Je n’ai pas un background rock ou rap, même si j’en écoute beaucoup, je suis sevré à la techno.

Ton premier synthé c’était à quel âge?

A 13 ans, un Yamaha PSS-795 acheté à la Redoute !

C’était pas un vrai synthé parce que tu ne pouvais pas modifier les sons, c’était plutôt un piano électronique. Il y avait quand même un joystick “vector synth” pour “mixer” 4 sons existants ensemble et 8 pads pour se défouler !

Puis à 15 ans, 2 platines et un mixer Gemini, à 18 ans une MC-303 et c’est parti …

 

En t’écoutant en live, ce qui saute aux oreilles, c’est ta capacité à jouer avec de belles harmonies.

Autodidacte ou est-ce que tu as étudié le solfège?

J’ai étudié le solfège, assez jeune, sans grande motivation… Ça me gonflait. Aujourd’hui j’éprouve certaines lacunes et ça me fait chier d’être passé à côté, alors je tâtonne. Je me considère plus mélomane que musicien.
 

Parmi les artistes de la scène actuelle, lequel te fais vibrer?

Rodriguez Jr
Je suis admiratif du travail d’orfèvre de Rodriguez Jr.
Sa technique, sa connaissance et intégration de 30 ans de musique électronique. Ses mélodies. Sa finesse.
 

 

Avec quel artiste rêves-tu de jouer?

Je ne rêve pas particulièrement de jouer avec tel ou tel artiste.

Ça me fait marrer dans les bios des djs “à joué aux côtés de” et là, t’as les plus gros noms de la planète… 

On sait très bien que le mec faisait le warm-up parce qu’il organisait la soirée ou jouait sur le deuxième son. En gros personne n’est dupe.
Le name dropping, ça ne fait pas la performance.

 

Quel est ton meilleur souvenir sur scène?

Dans une free party, je jouais avec mon binôme, Eddy.

Sa copine de l’époque avait une théorie : quand les gens sont en transe, ils dansent en ligne.

On était hyper concentrés sur notre live, petite embrouille la veille entre nous, le truc qui arrivait jamais. On jouait sur le dancefloor mais sur le côté, tournés vers les gens plutôt que vers les enceintes (mais on ne manquait pas de son, il devait y avoir 15kws… ) Mon gros kiff, depuis toujours, c’est de jouer au milieu des gens.

Ed & Ludic en live – 1999

On était donc hyper “sérieux”, pour une fois et on sentait qu’on embarquait tout le monde. Soudain, la copine arrive et nous fait lever les yeux de nos machines “regardez ! regardez !”

Et vu qu’on était de côté, on a vu de suite : tout le dancefloor hyper aligné : la ligne de devant, la deuxième ligne etc…. C’était hallucinant…

Il devait y avoir 300 personnes sur le dancefloor. Petit matin.

C’est un bon souvenir ça ?

Pas mal du tout! Et en free donc, quel est le style de sonorités qui sortaient de ce live?

Ce qu’on appelle de la tribe.

Mais avec plein de samples humoristiques. On nous parle encore des lives de Ed & Ludic, ça a marqué pas mal de monde dans la région bordelaise.

On faisait marrer les gens avec nos samples débiles. Celui dont on nous parle encore, 22 ans après : “en orbite, pas de stress”

On peut dire que tu as pris un sacré virage en comparaison avec ce que tu fais aujourd’hui.

Une raison particulière?

Wanderlust, Paris  –  Petite Records Release party

J’ai toujours aimé toucher à tout. En même temps que je jouais en free, j’étais Dj dans un club gay. Vois le grand écart…La scène free est devenue très hardcore musicalement parlant et ça m’a un peu détourné d’elle. J’avais une bande de potes qui étaient très curieux. On écoutait Squarepusher, Bogdan Raczynski mais aussi Adult, Si Begg… Il y avait une telle effervescence !

Avec l’arrivée du Final Scratch de Stanton, on pouvait tout mixer ensemble, on n’était plus obligé de sélectionner rigoureusement les vinyles d’un même style. On pouvait expérimenter encore un peu plus…

Je ne veux passer à côté de rien de ce qui sort aujourd’hui. J’écoute un maximum de choses, tout le temps !

DEXIMA lors d’un live-act de 5H à L’Autre, Toulouse

Quel serait le disque qui te rendrait malade de ne plus avoir dans ton bac lors d’un dj set? 

Sans hésitation, le  R  –  –   de   –  J    F  –  –  k !

Et un  P O  –  E  –     H –  – S  E    SPI –  –  L    T R – B –  (NET –  – RK 23-12)

Un skeud de 1995 que je joue toujours très souvent en after au milieu de productions récentes.

Lire la vidéo
Lire la vidéo

 Si tu avais l’occasion de t’adresser à la planète entière autrement que par le biais de ta musique, que voudrais-tu dire?

La planète … la pauvre …

Si je fais semblant de ne pas comprendre ta question, je dis “courage” à la planète !

Quelle est la question que tu aurais aimé que je te pose?

On peut s’arrêter là ?

(Après la première question)

Ah ah, merci d’avoir joué le jeu Ludo ! 🙂

Photo : Pierre Bellanger

La première fois où tu as joué?

La première fois où j’ai joué sur du son c’était dans une petite salle à Béziers avec l’asso Ac2n et mon premier  booking dans un club géré par Max le sale gosse,  l’Odyssea de Valras, c’était en 96…

 Tu mixais forcément sur vinyles alors.

Oui j’ai joué sur vinyles jusqu’en 2013.

Qu’est-ce qui t’a motivée à passer au mix numérique?

Le fait que beaucoup de morceaux ne sortaient plus sur vinyles … Le choix était beaucoup plus grand sur du numérique et le fait de pouvoir tous les avoir avec toi permet de pouvoir jouer ce que tu veux quand tu veux sans avoir à balader plusieurs bacs à disques et à te rendre toujours compte que t’as pas LE morceau que tu voulais jouer là, tout de suite!

Avant de découvrir la musique électronique, tu écoutais quoi? 


J’écoutais un peu de tout .. pas mal de pop, de hip hop, Nirvana, The Roots, Benny B, toussa toussa quoi!
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

 

Quelle a été ta plus grosse scène?

Dj Rush et Nikita

Mes plus grosses scènes ont été “Element Festival” où j’ai eu la chance de pouvoir jouer sur les 2 stages, “Insane Festival” où j’ai joué une première année sur la scène découverte et la suivante sur la main stage Techno et une soirée où j’ai eu la chance de jouer aux côtés de Dj Rush !!!

Et ton meilleur souvenir?


Laurent Hô

Un de mes meilleurs souvenir c’est à mes débuts… Je devais jouer juste après Laurent Hô … Je flippai grave ! Et lui est resté à côté de moi pour me soutenir moralement pendant tout mon set !

Tu es très soutenue par ton public c’est indéniable… Selon toi, quels sont les clés de la réussite?

 

Je n’aime pas le mot réussite car selon moi, si c’est ton objectif de départ tu fais fausse route … En ce qui me concerne je me considère comme très chanceuse car j’ai fait des choses bien au delà de ce que j’imaginais quand j’ai débuté.. tout en ne faisant toujours que ce que j’aime et ce que j’ai envie de faire … j’ai la chance d’avoir toujours été très bien entourée par des gens de ce milieu qui m’ont toujours soutenue et aidée … et la base, selon moi, c’est respecter le public car sans eux on ne pourrait pas faire ce qu’on aime, après je pense que mon don pour l’animation de scène et back-stage a beaucoup aidé …

Tu as un goût assez prononcé pour le déguisement…

Une rumeur parle de sac de croquettes pour chien.

C’est vrai?

J’avoue qu’il en faut peu pour que je m’amuse et un rien devient une source d’inspiration pour un déguisement ! J’ai effectivement déguisé mes amis et moi même avec des sacs de croquettes un jour !

Mis à part la musique, as-tu d’autres passions?

 

Oui après avoir abandonné le sport (danse classique et gym) depuis très très très longtemps,  j’ai commencé à prendre des cours de pole-dance. J’attaque ma troisième année dans une super école où j’ai la chance de suivre des cours avec Manon Agard et Marie Soler qui est championne de France 2019.


 

Côté compo… Quelle est ton actu?

Comment travailles-tu?

Avec qui?

Trackwasher et Nikita

Pour la compo je travaille avec Trackwasher ! Sans lui je n’aurai jamais rien sorti ! Non seulement il sait très exactement ce que j’aime, comprend ce que je veux et c’est pas simple car  je parle avec un langage bien particulier à base de “pam”, “tchic”, “oin-oin” et tout un tas d’onomatopées. 
J’ai un deuxième Ep qui doit sortir prochainement sur Hexagon Records et un remix pour Tawa Girl pour le label Fallen Angel.
J’ai également eu la chance de participer à la compil “Artists in action”pour le Liban à l’intiative du collectif Spiral Tribe.

Si tu avais l’occasion de t’adresser à la planète entière autrement que par la musique, que dirais-tu?

Prout !

Elle pue ta réponse!

Merci Aude 🙂

Nous sommes très heureux de vous présenter ces 6 titres du duo “Lightning Seeds” dans des styles variés  mais avec une “patte” reconnaissable ! (sans jeu de mots) Pascal Kleiman et Danny Ocean, 2 Dj s amis depuis 1999. Ils ont joué ensemble dans les plus grands clubs d’Espagne Space Ibiza, Tito’s Mallorca et Pacha entre autres. Producteurs dans de nombreux labels dont Desolat, Incense Records, Big Foot Records. Ils se joignent pour créer leur nouveau projet sous le nom de Lightning Seeds.

1ère diffusion le dimanche 6 septembre 2020 à 21H00 sur https://www.facebook.com/siyfh.live !

“Si la musique nous est si chère, c’est qu’elle est la parole la plus profonde de l’âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur.” R.R


➣ La performance :

Bāmdara, traduction Népalaise du mot “singe”, est un projet musical sans frontières. La finalité de ce projet est de réunir des musiciens afin de collaborer sur des productions et performances live à sonorités pluri-ethniques.
Dans ce live vidéo, Ioritz Urriolabeitia (Bamdara) invite Max TenRoM.

Profil : https://siyfh.com/bamdara

Booking contact : https://siyfh.com/contact/


➣ Réalisation vidéo : Nily Siboni
➣ Figuration : Zélie & Nina (le chat)



➣ Le lieu : Labyrinthe et château de Merville
http://www.chateau-merville.com

Situé à 20 km de Toulouse, le Château de Merville et son Parc constituent un témoignage unique de l’architecture et de l’art des jardins du XVIIIe siècle, en Midi-Pyrénées.
Son labyrinthe de 10 km d’allées bordées de hauts murs de buis, véritable curiosité, est le plus grand labyrinthe de buis d’Europe.
Le Château et son Parc sont classés au titre des Monuments Historiques et le Labyrinthe labellisé “Jardin Remarquable”.

➣ Merci à nos partenaires ! ❤️

► Avant-Garde Immobilier (Agence immobilère)
http://www.avantgardeimmobilier.fr
https://www.facebook.com/avantgardeimmobilier

► Nelly et Suzy (Restaurant)
https://www.facebook.com/restaurantcheznellyetsuzy

► Mégalo (Magasin de vêtements et accessoires)
https://www.megalopremium.fr
https://www.facebook.com/Megalo-Shop-1735490956750756

► Music Action (Vente/location de matériel de musique)
https://music-action.com
https://www.facebook.com/musicactionshop


Quelle est la place de la musique dans ta vie?

Je dirais qu’elle a une grande place si ce n’est dire que c’est toute ma vie, entre mon passé d’animateur radio, dj, vendeur de disques et d’instruments de musique, producteur de musique électronique … Ça fait bientôt 30 ans… J’ai oublié de préciser … Je suis aussi guitariste.


C’est important de le préciser car ta musique en est influencée… Tu nous en parles?

Oui, à 18 ans je suis tombé par hasard sur une vidéo de Jimi Hendrix qui tournait dans un vidéo club et ce fut la révélation, mais quelques mois après j’ai découvert la musique électronique en Espagne dans la région de Valence et ce fut un énorme choc qui fit que je délaissa la guitare pendant de nombreuses années avant de m’y consacrer à corps et âme quand j’ai été embauché comme vendeur d’instruments de musique à Monpellier qui fut aussi le premier revendeur de cette ville.


En paralèlle je continuais à mixer quelques années dans des résidences comme la Crypte ou le Mix Coffee mais aussi à Nîmes à l’Africatek. J’ai fait aussi une école de jazz à Montpellier pour parfaire mes connaissances en harmonie et j’avais le désir aussi d’enseigner la guitare et l’improvisation, ce que j’ai fait quelques temps mais ça n’a pas duré suite à un déménagement et des remises en question…

 

Tu es reconnu comme un compositeur hors-pair… As-tu une idée du nombre de disques vinyles que tu as sortis depuis le début de ta carrière?

Je dirai 13 ou 14 vinyles, 3 albums en digital et quelques EP dans le même format..

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Quelle configuration matérielle as-tu pour composer?

Pendant quelques années j’ai composé uniquement avec une Groovebox MC-808 de chez Roland reliée à un clavier maître, je composais un pattern et ensuite je l’enregistrais en live avec tous les défauts et les erreurs, c’était ce côté improvisation qui me plaisait énormément, mais j’étais limité par sa capacité de mémoire d’effets etc etc.

Roland Groovebox MC-808

Donc autant te dire que les ingés sons devaient s’arracher les cheveux quand les labels leur envoyaient un des mes tracks à masteriser…Ce n’est que beaucoup plus tard que je me suis mis au séquenceur qu’est ce fabuleux logiciel Ableton Live où les possibilités sont infinies. C’est aussi un piège, mais comme j’ai une idée assez précise de ce que je veux faire quand je compose, je ne m’éparpille pas et tiens mon fil conducteur.

Essayes-tu de faire passer des messages avec ta musique?

Oui comme tous les musiciens j’imagine, le blues qui peut être joyeux ou mélancolique et de l’amour, on en a plus que besoin en ces moments troubles…

Quels sont tes projets dans l’avenir?

Continuer à progresser musicalement et faire de la bonne musique tout simplement !

As tu d’autres passions que la musique?

Oui j’aime un tas de chose qui vont de la cuisine à la littérature, la philosophie et l’astrophysique qui me passionne particulièrement en ce moment.

 

Si tu pouvais remonter le temps, quelle année choisirais-tu?

Sans hésitations 1998… Ce fut l’année où j’étais constament derrière les platines où j’avais une résidence en club, musicalement énormément de sorties de la part de la French Touch avec le label Versatile, Basenotic puis la dernière Boréalis à l’espace Grammont de Montpellier …

Pour rebondir sur ton intérêt pour l’astrophysique… Quel titre choisirais-tu pour accueillir des extraterrestres?

“Bienvenue dans le plus beau bordel de l’univers “Un titre de musique … (rires)

Pour eux ? Naima de John Coltrane …

Lire la vidéo

Si tu avais l’occasion de t’adresser à la planète entière, que dirais-tu?

Achetez mes disques bordel ! Les likes c’est bien mais la CB c’est mieux !
Non … Plus sérieusement, je conseillerais de lever les yeux plus souvent en direction des étoiles !

FLORIAN MULLER PLAYLIST

Te souviens-tu de la première fois où tu as touché une platine vinyle ?

1999, après avoir été avec un DJ et d’avoir eu le privilège d’avoir cela à disposition. On s’est séparés et j’ai déménagé pour l’île de la réunion. Après 8 mois passés là bas, les platines me manquaient trop alors j’ai bossé en saison, en montagne et réussi à rassembler les fonds pour m’équiper et commencer cette véritable passion.

 Quel genre de musique écoutais-tu avant de découvrir la musique électronique ?

A 13 ans j’étais engagée dans le mouvement hip hop, les messages revendicateurs et la danse qui m’ouvraient un espace de liberté, je toastais , avec la radio Campus, près de la place du Capitole à Toulouse, les “BRM Briguades” rappeurs du Mirail. Mon look était détonnant, je vivais une passion musicale, un partage…

Je suis passée sur “Rapline” en 1990… L’école du micro d’argent c’était mieux que l’éducation nationale, obsolète pour mon épanouissement.

 

Comment t’es-tu retrouvée à mixer devant un public ?

J’arpentais de nombreuses scènes, je me régalais de changer de tenues improbables en dansant, on me connaissait pour cette énergie dansante.

J’étais dans le sud lors du Tilt festival avec Laurent Garnier où je dansais sur la scène et j’ai rencontré Franck de Villeneuve qui a été le véritable départ dans ma vie d’artiste auprès de l’association “Diprogress”.

Pierre, le créateur du Rachdingue, adorait mon énergie burlesque et m’a pris en résidence puis fait jouer en warm-up des artistes programmés et tout s’est rapidement enchainé, avec les world People puis tout un tas de chouettes événements !

Tu as plusieurs facettes artistiques, peux tu nous en parler ?

Je pense que tout est lié dans ce monde et que la musique existe grâce à un ensemble d’énergies, de beautés… Mes concepts artistiques ont différentes facettes, certes, mais avec des points communs …

…le partage, la création, la beauté et son contraire … Pour moi l’art est un ensemble de stimulations sensorielles.

J’ai eu une boutique en ligne de création couture, des pièces uniques aux magnifiques tissus et un concept surréaliste…J’ai gagné le 1er prix des Beaux-arts de Perpignan en contemporain, une amie me contacte pour que je participe, je me lance pour une création sur le thème du vent, en 3 jours… Remonte un ventilateur, fabrique un système d’éoliennes qui alimentent une ampoule… Je sème des graines pour que celui-ci plante des fleurs !

La page RecyclArt

Je n’osais même pas aller à la remise des prix , vu les techniques appliquées par les autres, mais mon oeuvre a soutenu une conscience et un message car l’art n’est pas toujours esthétique mais peut être porteur de message …

J’ai créé, travaillé dur, exposé, vendu et la sollicitation des gens , leur interpellation à un sentiment donne toujours des moments de partages.


 

Si tu pouvais remonter le temps, quelle serait l’année que tu choisirais ?

Je pense que je remonterai juste après le big bang pour voir comment vivait cette terre avant nous… Ca interpelle ma sensibilité au non respect de l’humain pour notre Terre mère.

Si tu pouvais voyager dans le futur, jusqu’où aimerais-tu aller ?

En 4000, loin de ce présent pour voir comment notre Terre s’en est sortie.

Si tu pouvais t’adresser à la planète entière, que dirais-tu ?

Je dirais que l’action c’est maintenant, de stopper cette destruction massive de notre planète. Le monde est sourd, moi je suis muette alors ma musique transmet une vibration.

Comment décrirais-tu ta musique ?

Mentale, sensible, libre … Un mix-thérapie, un dénouement mental, un partage vibratoire dans l’espace temps … 

 

Te souviens-tu de la première fois que tu as touché une machine?

La première fois que j’ai touché une vraie machine ( synthétiseur analogique modulaire*) c’était en 2010  après une longue réflexion, à savoir si j’allais dépenser 900€ pour un synthétiseur monophonique (une seule note en même temps… ) Ca me faisait cher à l’idée mais j’ai sauté le pas, car avec les plugin vst* je ne trouvais pas mon compte… Un jour j’ai reçu ce fameux synthétiseur, je l’ai branché, envoyé une note et j’ai tourné le bouton du filtre…. Oufff quelle sensation dans mes oreilles, je n’avais jamais entendu ça , quelle profondeur, quelle épaisseur, magique….. je suis instantanément tombé sous le charme et ainsi naturellement, j’ai glissé du monde de l’ordinateur vers celui des machines…

*Un synthétiseur modulaire est un synthétiseur composé d’un ensemble de modules indépendants où chacun remplit une fonction élémentaire: oscillateur, filtre, amplificateur, générateurs d’enveloppe, effet, mixeur… Le choix des modules et leur interconnexion se fait de manière totalement libre dans le but de produire des sons. 

 

 

Comment as-tu découvert la musique électronique?

C’était vers l’âge de 12 ou 13 ans, au collège. On écoutait des cassettes de compilations de dance music, ça ne me plaisait pas trop mais j’étais intrigué par ces sons nouveaux et puis j’ai grandi et j’ai commencé à écouter de la techno au début des années 90, Bonzaï rec, Scan X etc. Là j’aimais déjà beaucoup plus et puis arrive en 95 ma première soirée avec du gros son et là … Boom ! La révélation.

J’ai entendu Daft Punk pour la première fois, Rollin n’ Scratching. Comment ces mecs font ce son ? C’est énorme, j’adore et au fond de ma tête a commencé à germer l’idée qu’un jour je ferais cette musique !

Lire la vidéo

Comment t’es tu retrouvé sur scène?

Ma première scène c’était comme tous, tout petit au centre aéré…

Ah ah ah, avec une guitare en play back sur “La Bamba” !!!!! Délire, je me suis éclaté !

Sérieusement, après avoir renoncé aux platines car trop chères, mon chemin m’a emmené sur la route du djembé. J’ai d’abord commencé à prendre des cours, puis rapidement je suis devenu ami avec le prof, Vincent, un excellent percussionniste et j’ai intégré son groupe. Ils ont continué ma formation de batteur avec notre maitre africain Adam Bamba dit Monimba, qui nous a tous formé à la musique traditionnelle mandingue. C’est là que j’ai fait mes premières scènes au début des années 2000.

Lire la vidéo

As tu d’autres passions que la musique?

C’est déjà difficile de faire avec une passion, ça prend du temps, beaucoup de temps… Mais comme je ne pouvais pas vivre de la musique j’ai commencé à faire une formation d’infirmier. qui m’a sensibilisé à la psychologie, la psychiatrie, enfin tout ce qui se passe dans notre tête, etc. Ce que j’aime dans ce métier c’est la relation avec les gens. Beaucoup sont cons, ils y en a partout des cons, mais parfois je fais de belles rencontres qui me font grandir et m’en apprennent beaucoup sur les “choses ” de la vie, les rapports humains et le rapport à soi même enfin bref, j’aime bien la psychologie, pas pour la pratiquer en soin vers les autres, mais plutôt parce qu’elle peut m’apprendre sur moi même et le fonctionnement de l’être humain.

Si tu pouvais remonter le temps, quelle serait l’année que tu choisirais?

Je suis très nostalgique… mais je considère cela comme un défaut qui empêche de vivre l’instant présent du coup,

si je pouvais remonter le temps, j’irais vivre un événement que je n’ai pas pu vivre parce que je n’étais pas né et j’irais écouter un concert de Bob Marley en live, au premier rang, pour chanter avec lui toutes ses chansons que j’entend depuis que je suis tout petit… Je suis un fan inconsidéré de Bob !

Lire la vidéo

Si tu pouvais voyager dans le futur, jusqu’où aimerais-tu aller?

Alors ça c’est une question à la con, désolé mais j’ai du mal à projeter quelque chose de positif dans le futur vu la vitesse à laquelle va notre monde actuel et surtout qu’il est dirigé par des personnes intéressées que par le pouvoir et l’argent, le futur semble malheureusement noir, donc, j’ai pas envie d’y aller. Par contre, comme rien est écrit, peut-être que je me trompe et que l’humanité peut se sortir de ce merdier incroyable et du coup je voudrais bien aller voir après le chaos, quand ceux qui auront la vraie lumière auront pris le pouvoir entre leurs mains, pour aller le cacher sur une planète lointaine et ainsi effacer de toutes les têtes ces idées de pouvoir et d’argent pour enfin vivre dans un monde plus juste qui saura préserver la planète. Quand il auront compris que Dieu est dans les arbres, dans les animaux, dans l’eau, dans tout ce qui est vivant… Ca je voudrais bien le voir oui !

Comment qualifierais-tu ta musique?

C’est très difficile de répondre à cette question ! Je laisse les gens me mettre dans une case si cela les intéresse mais moi j’ai vraiment du mal à définir quel style de musique je joue. De la musique électronique, de la techno mélodique, de l’acid, du downtempo, tout et rien à la fois, je ne pense pas du tout à cela quand je compose. Pour moi la musique est un moyen d’expression, je suis d’un naturel timide, j’ai du mal à aller vers les autres et parfois je trouve que parler ça sert pas ou que ce n’est pas suffisant, alors du coup la musique devient un bon moyen d’expression. Un jour quelqu’un m’a demandé quel serait le morceau idéal que j’aimerais composer… Ma réponse serait une sorte de volcan intérieur … Quand tu es trop sensible tu te protèges pas et tu ressens les événements extérieurs comme une agression et puis ça reste dedans sans pouvoir sortir puis un jour ça sort…. Sur scène, en criant , comme une explosion, qui vient de l’intérieur, incontrôlable… ; et c’est la musique qui a provoqué ça et ton lâcher prise du moment. Du coup aujourd’hui ma musique est l’expression de mon ressenti intérieur, et pas le plus lumineux, surtout le plus noir, l’apothéose c’est quand tout ça explose sur scène car tu vas encore plus loin en triturant ton son et que le public te répond en criant et boom, c’est l’extase, tu cries aussi fort qu’eux et tu sautes partout ( je suis intenable sur scène et dois me contrôler pour ne pas trop bouger ) et le noir devient plus lumineux !

Si tu avais l’occasion de t’adresser à la planète entière, que dirais-tu?

Mes frères et soeurs, il n’y a qu’une race, celle de l’être humain. Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas que l’on vous fasse, soyez bons, arrêtez de chercher Dieu car il est en vous, le diable aussi. Vous seuls avez entre les mains le pouvoir de choisir d’être bon ou mauvais. La vengeance ne sert jamais à rien, au contraire grandissez vous et soyez bons pour ne pas vous abaisser au niveau de ceux qui voudraient nous rendre esclaves !!!

Nous sommes très heureux de vous accueillir sur notre site-web qui a pour but de rassembler l’ensemble des activités SIYFH.

Plus qu’un support de communication, le site-web est une caverne d’Alibaba pour écouter de la musique et retrouver les infos de nos artistes dans un même endroit. 

La rubrique “Booking” vous permet de sélectionner un artiste de façon aléatoire… Passez la souris sur les photos qui défilent, cliquez et découvrez 🙂 

Bonne navigation et revenez souvent !

Performances diffusées en direct sur le groupe Facebook privé Stay in your fuckin house ! (Entre mars et juin 2020)

1ère sortie du label SIYFH records avec l’excellent EP de Florian Muller ! 3 titres originaux + 1 remix de Orlando Voorn ! Florian Muller est un artiste musicien du Sud de la France. Il démarre le djing en 1993, suite à un retour de voyage en Espagne dans la région de Valence. Il anime une émission de radio ‘TypTek’ dédiée à la musique électronique, il obtient de multiples résidences entre Nîmes et Montpellier.
Très influencé par le Jazz, dont il a étudié l’harmonie, guitariste, son style est résolument tourné vers le groove et le Soul Full, mais tend une oreille attentive à des sonorités plus techno dans le style de Détroit. Il est l’auteur d’une dizaine de maxi Vinyles et trois albums à son actif, remixé par des pionniers du genre, tel que Orlando Voorn, Russ Gabriel, Jamal Moses, le terrible duo Oliver Who Factory, et le groupe Référence basé à Détroit, Florian est un artiste généreux mais discret …