INTERVIEWSSIYFH

FLORIAN MULLER – INTERVIEW

 

Quelle est la place de la musique dans ta vie?

Je dirais qu’elle a une grande place si ce n’est dire que c’est toute ma vie, entre mon passé d’animateur radio, dj, vendeur de disques et d’instruments de musique, producteur de musique électronique … Ça fait bientôt 30 ans… J’ai oublié de préciser … Je suis aussi guitariste.

 

C’est important de le préciser car ta musique en est influencée… Tu nous en parles?

Oui, à 18 ans je suis tombé par hasard sur une vidéo de Jimi Hendrix qui tournait dans un vidéo club et ce fut la révélation, mais quelques mois après j’ai découvert la musique électronique en Espagne dans la région de Valence et ce fut un énorme choc qui fit que je délaissa la guitare pendant de nombreuses années avant de m’y consacrer à corps et âme quand j’ai été embauché comme vendeur d’instruments de musique à Monpellier qui fut aussi le premier revendeur de cette ville.

En paralèlle je continuais à mixer quelques années dans des résidences comme la Crypte ou le Mix Coffee mais aussi à Nîmes à l’Africatek. J’ai fait aussi une école de jazz à Montpellier pour parfaire mes connaissances en harmonie et j’avais le désir aussi d’enseigner la guitare et l’improvisation, ce que j’ai fait quelques temps mais ça n’a pas duré suite à un déménagement et des remises en question…

 

Tu es reconnu comme un compositeur hors-pair… As-tu une idée du nombre de disques vinyles que tu as sortis depuis le début de ta carrière?

Je dirai 13 ou 14 vinyles, 3 albums en digital et quelques EP dans le même format..

 

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Quelle configuration matérielle as-tu pour composer?

Pendant quelques années j’ai composé uniquement avec une Groovebox MC-808 de chez Roland reliée à un clavier maître, je composais un pattern et ensuite je l’enregistrais en live avec tous les défauts et les erreurs, c’était ce côté improvisation qui me plaisait énormément, mais j’étais limité par sa capacité de mémoire d’effets etc etc.

Roland Groovebox MC-808

Donc autant te dire que les ingés sons devaient s’arracher les cheveux quand les labels leur envoyaient un des mes tracks à masteriser…Ce n’est que beaucoup plus tard que je me suis mis au séquenceur qu’est ce fabuleux logiciel Ableton Live où les possibilités sont infinies. C’est aussi un piège, mais comme j’ai une idée assez précise de ce que je veux faire quand je compose, je ne m’éparpille pas et tiens mon fil conducteur.

Essayes-tu de faire passer des messages avec ta musique?

Oui comme tous les musiciens j’imagine, le blues qui peut être joyeux ou mélancolique et de l’amour, on en a plus que besoin en ces moments troubles…

Quels sont tes projets dans l’avenir?

Continuer à progresser musicalement et faire de la bonne musique tout simplement !

As tu d’autres passions que la musique?

Oui j’aime un tas de chose qui vont de la cuisine à la littérature, la philosophie et l’astrophysique qui me passionne particulièrement en ce moment.

 

Si tu pouvais remonter le temps, quelle année choisirais-tu?

Sans hésitations 1998… Ce fut l’année où j’étais constament derrière les platines où j’avais une résidence en club, musicalement énormément de sorties de la part de la French Touch avec le label Versatile, Basenotic puis la dernière Boréalis à l’espace Grammont de Montpellier …

Pour rebondir sur ton intérêt pour l’astrophysique… Quel titre choisirais-tu pour accueillir des extraterrestres?

“Bienvenue dans le plus beau bordel de l’univers “Un titre de musique … (rires)

Pour eux ? Naima de John Coltrane …

Lire la vidéo

Si tu avais l’occasion de t’adresser à la planète entière, que dirais-tu?

Achetez mes disques bordel ! Les likes c’est bien mais la CB c’est mieux !
Non … Plus sérieusement, je conseillerais de lever les yeux plus souvent en direction des étoiles !

FLORIAN MULLER PLAYLIST